Conclusion

Ainsi, ces animaux ont la capacité de pouvoir marcher sur l’eau grâce à des spécificités anatomiques leur étant propres ( complexité des articulations, pieds palmés ) qui, soit permettent à leurs membres de ne pas s’imprégner d’eau ( poils hydrophobes = phénomène chimique) ou soit de pouvoir exécuter un mouvement complexe rapidement, de manière ensuite à ce qu’ils ne puissent couler entre deux mouvements(phénomène physique ).

Cependant tous les animaux étudiés ont un faible poids, et, soit une excellente répartition de leur masse corporelle, soit une musculature énorme aux niveaux des membres devant fournir l’énergie lors de l’effort.

On peut ainsi se demander, ce qu’il en est pour l’homme ...

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site